Centre d’enseignement spirituel et de recherche orienté vers le développement de la conscience supérieure en équilibre avec l’ouverture du cœur.

Explorer les facettes du silence

SITE 150Vivre le silence est un choix. Vous pouvez être seul et ne pas être vraiment en silence, si vous êtes constamment préoccupé et lié avec d’autres individus par votre pensée ou par vos émotions. Vous êtes physiquement seul mais dans votre intériorité, vous êtes constamment lié à quelqu’un et en intercommunication avec quelqu’un. Alors, pour faire cesser ceci vous devez choisir d’entreprendre une démarche pour vivre le silence. Lorsque vous faites ce choix, il y a quelque chose qui se passe au niveau vibratoire.

Comme vous avez pu le constater, lorsque vous ne parlez pas durant plus de quelques heures, automatiquement votre énergie se retourne vers vous et un travail intérieur ainsi qu’une communication s’enclenchent en vous. Lorsque vous parlez, vous êtes extérieur à vous. Bien sûr, avec un niveau de concentration vous pouvez garder le contact avec vous-même, mais votre énergie est tout de même principalement dirigée vers l’extérieur.

Il existe différentes formes de silence.

La première forme de silence est le silence lié au corps, le silence corporel.

L’immobilité favorise le silence intérieur et la concentration, bien qu’il existe aussi des techniques de méditation dynamiques. Si vous êtes très actif au niveau physique, vous ne pouvez pas vous sentir en silence intérieur sauf dans certains cas particuliers.

La deuxième forme de silence est le silence lié à la parole et aux bruits extérieurs, le silence environnemental.

Cette forme de silence est lié à l’absence de paroles, de regards, de sons, de bruits…

La troisième forme de silence est le silence lié aux émotions, le silence émotionnel. Si vous êtes émotionnellement préoccupé, cela perturbe et même empêche votre capacité à faire silence à ce niveau.

Le niveau émotionnel est ce que vous vivez envers vous et envers les autres et inclut, bien évidemment, le tampon relationnel que vous avez entre vous et les autres.

Alors si vous entretenez de la hargne, de la colère face à quelqu’un, vous ne pouvez pas vivre de silence émotionnel. Alors, il est capital de travailler au niveau de la paix émotionnelle.

La quatrième force de silence est le silence lié au mental, le silence mental. Vous êtes au niveau mental constamment en mouvement. Vous avez à rechercher une stabilité et une paix mentale à travers ce mouvement si vous désirez vivre le silence au niveau du mental.

Il s’avère capital de libérer le mental en clarifiant les situations que vous vivez. Ainsi, à un certain moment donné, ce qui est véhiculé dans votre mental ne vous encombrera plus au niveau mental.

Si, par exemple, vous laissez dans l’engrenage de votre mental des préoccupations, quelque chose que vous ne clarifiez pas, alors vous moulinerez sans cesse. Ou encore, si vous ne pouvez pas prendre maintenant une décision, vous pouvez vous créer un tableau intérieur ou une feuille de papier et écrire ce qui vous préoccupe afin de favoriser le silence à ce niveau. Il est capital de travailler régulièrement à l’épuration et l’apaisement de votre mental. Vous devez apprendre à utiliser certains aspects de votre mental lorsque vous avez à le faire, et puis boucler lorsque vous avez terminé. Ne laissez pas vos préoccupations s’infiltrer dans tous les aspects de votre être.

Une discipline intérieure permet que lorsque votre mental voudrait reprendre son discours que vous puissiez lui dire « non, c’est fini » ou « demain » ou « dans les prochaines heures… ». Apprenez à utiliser le mental et à développer une maîtrise afin de ne pas laisser vos préoccupations prendre la place et saboter votre silence intérieur.

Par exemple, il pourrait être intéressant, pour une période de temps délimité, de laisser gambader votre mental. Car parfois, le mental a tellement d’activités électriques qu’il n’arrive plus à s’apaiser. Alors en vous permettant ces courtes périodes de temps, vous permettez que votre plan mental se décharge vibratoirement. De plus, cette exercice permet que l’énergie électrique se stabilise. Souvent, lorsqu’il y a trop d’énergie électrique, trop de préoccupations, vous ne pouvez pas ramener votre mental et tenter de vivre une méditation ou une visualisation car votre mental est déjà sursaturé. Alors, ces périodes diminuent l’agitation et l’intensité du mental diminue.

Car même si vous ne parlez pas, si votre mental est envahi par toutes sortes de préoccupations, vous n’êtes pas en silence. En ayant plus de contrôle sur votre mental, c’est-à-dire un temps pour travailler, un temps pour vivre le quotidien, un temps pour vivre l’amour, un temps pour vivre les relations… Variez l’utilisation au niveau de votre mental. Conservez des moments où vous n’agitez pas volontairement votre mental en recherchant des réponses à vos préoccupations. Mais plutôt, soyez plus près de votre corps physique, comme de vaquer à des occupations matérielles simples, faire de l’exercice physique… Quand vous êtes très actif et tentez de méditer, celle-ci servira plutôt d’étape de transition. Elle sera tout de même constructive, car elle représentera un moment où vous arrêterez vos activités et serez en contact avec vous. Toutefois, si vous voulez vivre des méditations qui vous permettront de vous ressourcer davantage, vous devrez prévoir des phases de transition, où vous laisserez votre mental s’apaiser doucement.

Ces formes de silence vous permettent d’atteindre un plus grand niveau de Alors, ouvrez-vous et saisissez l’opportunité que vous avez de développer une relation plus étroite avec vous, vos Guides, les Maîtres et les Intervenants. Guérissez les préjugés que vous avez et qui limitent ce précieux contact. En fait, réalisez que cela est très possible pour vous…

Nous vous transmettons tout notre amour et notre respect.

Paix, Amour, Lumière et Harmonie

Print Friendly