Centre d’enseignement spirituel et de recherche orienté vers le développement de la conscience supérieure en équilibre avec l’ouverture du cœur.

LA MÉDITATION

PHOTO - LES 4 NOBLES VÉRITÉS

LA MÉDITATION

Pourquoi méditer? Méditer est un moyen pour simplement s’arrêter, relaxer le corps, écouter, voir et observer ce qui se passe à l’intérieur de soi. La vie est tout aussi passionnante à l’intérieur de soi sinon plus qu’à l’extérieur de soi.

« Chers amis, dans cette assemblée, je ne vois rien d’aussi indompté que cette chose qui peut nous empêcher d’être en paix, et qui nous fait souffrir encore et encore. Cette chose est l’esprit, il continuera à nous faire souffrir et il nous sera difficile d’être en paix. Chers amis, il faut donc apprendre à étudier l’esprit, à l’observer et à rester en contact dans la pleine conscience avec la bonté. »

Le Bouddha   (extrait du Chants du cœur de Thich Nhat Hanh) 

Cette citation est vieille d’au-delà de deux milles six cents ans. Est-elle encore d’actualité? À chacun d’y répondre. En ce qui me concerne : oui.

Pour apprendre à étudier et à transformer l’esprit, cela demande des habiletés particulières à développer : ouverture, patience, non-jugement, indulgence, compréhension, compassion, amour, énergie, intégrité et honnêteté.

Réfléchissons ensemble sur quelques-unes de ces habiletés. 

Ouverture : comment être ouvert lorsque tout dans notre esprit est formaté, prédéfini à l’avance. Les anglophones ont une très belle expression pour saisir et comprendre l’ouverture « think outside of the box » « penser à l’extérieur de la boîte ». Je vous mets au défi d’essayer! Cela demande toutes les habiletés complémentaires citées plus haut et d’autres auxquelles je ne pense pas : patience, non-jugement, indulgence, compréhension, compassion, amour, énergie, intégrité et honnêteté. Ces habiletés particulières « inter-sont» mot inventé par Thich Nhat Hanh pour dire qu’ils interagissent ensemble, qu’ils s’influencent mutuellement.

Patience : qui est patient de nos jours? Nous n’avons pas le temps, on est trop occupé à suivre le courant de la rivière, c’est-à-dire la vie mondaine. Être occupé peut certes faire notre affaire; cela nous empêche de réfléchir et de faire face à l’incertitude. Baigner dans l’incertitude est très insécurisant. Acheté une vision toute faite d’avance et même si elle ne convient pas, peut être très apaisante sur le moment; mais pour combien de temps? 

Non-jugement : assoyez-vous quelques instants en silence et revoyez une situation que vous avez vécue dernièrement et observez tous les jugements qui ont traversé votre esprit. Vous n’en croirez pas vos yeux comme cela est difficile de ne pas juger. Maintenant, faites le même exercice en observant tous les jugements que vous avez posés envers vous-même. Là, on vient de saisir la première noble vérité : la souffrance existe pour moi et pour autrui. 

Indulgence : admettez avec moi, combien pouvons-nous être sévères envers nous-mêmes et envers autrui. C’est comme s’il fallait devenir un Être Réalisé tout de suite. Peut-être que j’exagère; disons le mois prochain. Ce qui nous amène à vouloir cultiver la pensée magique. Étudier et transformer l’esprit est une pratique quotidienne à longue échéance.

Compréhension : la vie est faite de causes et conditions. Avec la compréhension, nous nous donnons un espace intérieur afin de mieux respirer. Souvenez-vous de la sensation ressentie lorsque nous disons « ah oui, j’ai compris » Soulagement. Soudainement,notre vision des choses devient plus claire. Comprendre c’est se reconnaître et reconnaître l’autre dans ce que nous sommes profondément : un Bouddha (un Être éveillé) en devenir. 

Amour et Compassion : la compassion est un concept qui sous-entend une panoplie d’attitudes et de comportements : intégrité, confiance, ouverture, écoute profonde, compréhension sagesse, parole aimante, non-jugement, solidité intérieure. Suis-je compatissant envers moi-même et envers les autres? Parfois nous exerçons une compassion sélective. C’est-à-dire avec les proches que nous aimons, mais pour les autres, cela ne nous interpelle pas nécessairement, cela ne nous rapporte rien, c’est trop difficile et nous n’avons surtout pas le temps et l’énergie. Le vrai amour et la vraie compassion englobent tous les êtres vivants, dont nous-mêmes.

Intégrité et honnêteté : être capable de percevoir les choses telles qu’elles sont.  Soyons honnêtes, avouons que dans certaines situations nous nous sentons supérieurs aux autres et dans d’autres situations nous nous sentons inférieurs. Nous évoluons dans un monde de compétition, il y a un gagnant et un perdant. Cela fait partie de la grande illusion. L’esprit dans sa nature originelle est paisible et il sait comment « Être »

Maintenant, je vous pose la question : êtes-vous encore ouverts?

Le Bouddha a énoncé que trois poisons gouvernent notre esprit : l’avidité, l’aversion et l’illusion.

Observer et transformer l’esprit est une pratique, un entraînement. La méditation assise, en marchant ou couché nous aide à devenir pleinement conscient que nous sommes gouvernés par un esprit indompté et qu’en cultivant certaines vertus ou qualités nous devenons libres et heureux.

Mais où allons-nous trouver l’énergie pour transformer tout ce qui doit être transformé? Observez toute l’énergie que nécessite la manifestation d’une colère ou de réprimer sa colère. La bonne nouvelle, est que la transformation n’exige presque pas d’énergie. C’est la pleine conscience, en autre, qui fait tout le travail. Tout ce que cela demande, c’est de lâcher prise. Ne plus être en accord ou en désaccord. Être c’est voir, entendre et comprendre.

Revenons aux quatre nobles vérités édictées par le Bouddha  

1. La souffrance existe 

2. Les causes de la souffrance 

3. La cessation de la souffrance 

4. Le sentier octuple 

 

Tout en acquérant certaines vertus, l’éthique occupe une place prépondérante dans le bouddhisme, lorsque nous pratiquons la méditation de l’observation et de la transformation de l’esprit, nous nous mettons en marche sur le sentier octuple qui mène au vrai bonheur. Personne d’autre ne peut marcher à notre place, il n’y a pas de laisser passer.

C’est la grâce que je nous souhaite à tous.

Ananda-Meh.

Paix, amour, lumière et harmonie.

 

Print Friendly